e-Voucher : Distribution électronique des intrants agricoles

Au regard des multiples difficultés rencontrées dans le mécanisme classique de distribution, en l’occurrence les retards de livraison, l’inadéquation entre les besoins des producteurs et les allocations, le Ministère de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles (MAAH) a opté d’utiliser pour la campagne humide 2019-2020, le système E-voucher, une opération de distribution électronique des intrants.

Le mardi 15 juillet 2019, Alexandre Kabré, Directeur Général de ECODATA West Africa, l’opérateur technique retenu pour la configuration et le déploiement du dispositif a présenté au Ministre le fonctionnement du dispositif technologique déployé pour l’envoi des Bons électroniques et l’enregistrement des opérations de distribution des intrants alloués par le Projet d’appui à l’amélioration de la productivité agricole et la sécurité alimentaire (PAPSA) aux producteurs pour cette campagne humide. Mais surtout, il s’agissait de permettre au Ministre d’accéder à la plateforme digitale et aux tableaux de bord pour le suivi instantané du déroulement des opérations de distribution dans l’ensemble des régions concernées.

  1. Kabré a souligné que pour l’opération pilote e-voucher de la campagne humide c’est 6 régions, 24 provinces, 192 communes (55% du pays) qui sont concernées. Elle a mobilisé depuis le mois de mars 2019, près de 4.800 agents recenseurs pour le recensement des producteurs dans l’ensemble des villages des communes concernés, sous la conduite de la DGESS/MAAH. Ce qui a abouti à l’établissement d’une base de données de plus de 450.000 ménages agricoles et dont 69.065 chefs de ménages ont été sélectionnés comme bénéficiaires de 1.209 tonnes de semences améliorées (maïs, riz, niébé, sorgho) et 56.987 bénéficiaires de 16.027 tonnes d’engrais minéraux (urée et NPK).

Le but de l’opération pilote selon toujours Alexandre Kabré, Directeur Général de ECODATA West Africa, c’est de permettre aux services techniques du MAAH de s’approprier la technologie et de développer les compétences nécessaires pour une mise à l’échelle du dispositif électronique pour la distribution des intrants et équipements agricoles. Ce qui réduira considérablement les malversations et risques divers. « Ce qui est recherché est l’efficacité générale des opérations de distribution à travers une application digitale dédiée » a-t-il expliqué.

A terme, l’opération se chiffrera à 98,9% de taux d’enlèvement des engrais et 89,9% pour les semences, 3,8 milliards de FCFA collectés auprès des paysans pour les engrais et 76 millions pour les semences.

En rappel c’est à partir du 10 Juin 2019, que l’opérateur technique ECODATA West Africa, a été sélectionné pour configurer et déployer la solution technique pour la conception et la diffusion des bons ainsi que l’enregistrement des opérations de distributions. Deux entités ont été également sélectionnées pour se charger de disponibiliser sous la supervision de la DGPV/MAAH, les intrants au niveau de chaque commune. Il s’agit de l’Association des groupements de distributeurs d’intrants et équipements agricoles (AGRODIA) pour les engrais et l’Union nationale des producteurs semenciers du Burkina (UNPSB) pour les semences améliorées. Chaque organisation a déployé au niveau de chaque commune un agent distributeur qui a été doté en smartphone et formé à l’utilisation de l’application Android e-voucher pour enregistrer toute opération de distribution effectuée.

Quant à ECODATA, sous la supervision de la DSI/MAAH, elle a configuré et déployé un dispositif électronique conformément aux besoins de l’opération pilote et composé d’une plateforme de messagerie pour l’élaboration et l’envoi des SMS de bons électroniques, une plateforme de gestion de base de données et l’enregistrement des opérations de distribution ainsi que son centre d’appel «Cocorico» pour l’assistance et l’enregistrement des réclamations éventuelles en langues locales Bissa, Fulfuldé, Dioula, Gulmacéma, Kasséna, Lyélé, Dagara, Mooré. C’est environ 52 personnes que l’opérateur a également déployées pour cette opération : 6 experts informatiques et Système d’information agricole, 24 agents terrain pour l’information et l’assistance technique au niveau de chaque province, 14 Agents de vérification et validation des données ainsi que 8 télé-encadreurs au niveau du centre d’appel.

Sur le plan technique, l’opération pilote aura été une prouesse technologique, au regard des défis techniques tels que la couverture réseau, l’instabilité de l’internet et surtout des impératifs qu’imposent le calendrier agricole.

Conseil à l’exploitation familiale

Le Réseau Gestion (RG) crée en 2002, est un regroupement d’organisation des producteurs qui ont décidé de travailler à la création d’un Réseau pour développer la gestion des exploitations familiales au Burkina Faso.  Depuis plus de 10 ans le Réseau-Gestion développe une démarche de conseil innovante fondée sur l’apprentissage des principes de gestion (analyser, prévoir, faire, évaluer) auprès de ses membres à travers le CEF.

Dans le cadre du CDAIS, la modernisation par les NTIC des services de conseil agricole fournis par les organisations de producteurs à leurs membres notamment le Réseau Gestion a été identifiée comme une Situation d’innovation localisée (SIL). Pour combler les besoins en renforcement de capacités des acteurs de la SIL, un plan d’accompagnement a été élaboré avec pour objectif de redynamiser le Réseau Gestion et de moderniser et pérenniser le service de CEF.

Ainsi, dans la perspective de modernisation et de pérennisation du service de CEF un partenariat est établi avec ECODATA, promoteur d’un dispositif d’informations et de communication, AGRIDATA-BF dédié exclusivement au monde rural est un agri-Hub intégrant plusieurs solutions TIC adaptées au monde rural.

Le développement d’un outil TIC adapté aux besoins d’information et de formation des acteurs du CEF permet de réduire l’asymétrie informationnelle au sein du réseau et avec ses partenaires.

  • Développement de l’application informatique web et android
  • Formation des Administrateurs (OPA) et des facilitateurs

Burkina Naong saya

Dans le cadre des mesures d’accompagnement prévues à la Sous-Composante 1.2 du projet, un paquet pilote d’activités productives a été retenu pour être mis en œuvre dans la région du Nord, première zone d’intervention du projet depuis 2014. Ces activités s’inscrivent dans le cadre de la protection sociale adaptative (ASP) qui soutient six pays du Sahel dont le Burkina Faso. Elles entendent renforcer la résilience et la conduite d’activités économiques par les ménages pauvres ainsi que la diversification des moyens de subsistance de ces ménages. L’objectif est d’augmenter la productivité et les revenus dans les activités économiques des bénéficiaires, mais aussi de faciliter la diversification et le lissage des revenus. Il est ainsi attendu que les mesures d’accompagnement productives permettent d’aider les ménages à gérer les risques et à faire face aux chocs climatiques et autres.

Les paquets d’activités productives, constitués d’une combinaison de formations (techniques, entrepreneuriales, etc.) et d’accompagnement comporte les mesures suivantes :

  1. Formation de groupes et Coaching
  2. Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit
  3. Sensibilisation communautaire sur les aspirations et les normes sociales
  4. Formation en Ateliers Compétences de Vie (ACV)
  5. Formation Compétences Techniques et micro-entrepreneuriales (GERME)
  6. Octroi d’une subvention productive
  7. Facilitation de l’accès au marché

Les mesures seront mises en œuvre par l’équipe du projet et des Personnes ressources communautaires (PRC), en collaboration avec des structures partenaires et des services techniques étatiques qui disposent d’expériences dans la conduite de ce type d’activités productives au Burkina Faso. Les mesures d’accompagnement productives seront introduites sous forme d’interventions pilotes et couvriront l’ensemble des ménages bénéficiaires dans les quatre provinces de la région du Nord (Yatenga, Zondoma, Loroum et Passoré). Toutefois, l’évaluation d’impact prévue s’intéressera uniquement à 4 186 ménages répartis dans quatre groupes de recherche.

Le projet a recruté trois (03) prestataires pour les mesures 1 à 5 ; soit un pour les mesures 1 et 2, un pour la mesure 3, un pour les mesures 4 et 5. Pour la mesure 7, à savoir Facilitation de l’accès au marché qui permettra la formation des PRC dans le cadre de l’accompagnement des bénéficiaires et de l’ensemble des communautés pour l’amélioration de la productivité agropastorale et la commercialisation, le prestataire retenu à cet effet est EcoData.

La maitrise de la mesure 7 par les PRC permettra à l’équipe du projet de lever la contrainte d’accès aux marchés et aux services pour les bénéficiaires. Elle vise en outre à faciliter l’accès des bénéficiaires aux intrants et à leurs utilisations efficientes.

Assemblée générale4

Inventorier les points d’eau par le GPS et les surfaces en eau par l’imagerie satellitaire ;

Evaluer les superficies de pâturages disponibles par une matrice de transition ;

Fiche d’enquête pour connaitre le prix des animaux sur les différents marchés à bétails ;

Trouver de nouveaux espaces de pâture à partir de l’imagerie satellitaire ;

Stocker les données dans une base de données Access pour une grande sécurité, pour une facile mise à jour et y exécuter des requêtes.